Action Alerte Gaza. Par l’Association des Professeurs universitaires, Gaza.

Action Alerte Gaza

Par l’Association des Professeurs universitaires, Gaza

30 juin 2006

Cette nuit, les forces d’occupation israéliennes ont commencé leur opération au nom grotesque de “Pluie d’été” sur la Bande de Gaza. Rafah, scène du massacre de mai 2004 par Israël, a été réoccupée par les chars israéliens.

La ville de Gaza a été bombardée par des hélicoptères Apache, des F16 et des avions de combat V58. La principale centrale électrique de la ville de Gaza a été bombardée, et c’était l’usine de réticulation d’eau. Trois grands ponts qui reliaient différentes parties de la Bande ont été détruits, coupant la Bande en deux morceaux, et séparant les gens les uns des autres, de leurs lieux de travail, de leurs écoles, collèges et universités.

(Voir photos : http://imeu.net/news/article001918.shtml)

De plus, l’armée israélienne a utilisé des bombes sonores puissantes toute la nuit, toute la journée. Ces bombes blessent les tympans, provoquent des sentiments extrêmes de peur et d’angoisse et ont empêché la totalité de la population de la Bande de Gaza de dormir. Ils terrorisent également les enfants et les bébés, qui présentent déjà des comportements de forte anxiété.

Ces attaques aériennes et ces bombes sonores, qui ont détruit l’infrastructure essentielle et ont terrifié la population civile, sont une forme de punition collective du peuple palestinien ; ce sont des crimes de guerre interdits par les lois humanitaires internationales, en particulier la 4ème convention de Genève, qui prescrit la manière avec laquelle les armées doivent traiter les civils au cours de conflit.

Nous appelons la communauté internationale à exercer des pressions sur les forces d’occupation israélienne pour qu’elles se conduisent selon les prescriptions des lois humanitaires internationales et assurent la protection de tous les civils palestiniens.

Nous demandons également l’arrêt immédiat des attaques des forces d’occupation israélienne sur la Bande de Gaza, la fin de l’enfermement et de l’isolement de la Bande qui exacerbent la situation humanitaire déjà désespérée à l’intérieur de la Bande.

Actions recommandées

Media :

S’il vous plaît, prenez contact avec vos médias locaux et demandez-leur de ne pas être les porte-paroles d’Israël en affirmant que le but de l’invasion de Gaza est de sauver le soldat capturé (et non le soldat « kidnappé »). Au pire, ils peuvent dire que c’est ce que prétend Israël, ou ils peuvent utiliser le mot « allégation ». Ils devraient également rappeler clairement que la première victime de cette attaque est la population civile, et que ceci constitue une punition collective d’une population captive, et c’est une violation directe (et répétée) de la Convention de Genève.

Lobbying :

S’il vous plaît, prenez contact avec vos députés et demandez-leur s’ils soutiennent les crimes barbares d’Israël contre les civils palestiniens innocents. S’ils soutiennent de telles atrocités, d’accord, alors ils ne sont pas différents des Nazis. S’ils s’opposent à ces atrocités, demandez-leur ce qu’ils vont faire à ce sujet. Faites entendre votre voix.

Protestation :

Protestez auprès des ambassades et consulats israéliens partout dans le monde. Même la protestation d’une seule personne, avec une simple pancarte comme « Arrêtez le terrorisme israélien » porte l’attention sur la situation et fait savoir à Israël qu’il y a une très large réprobation de ces crimes continus contre le peuple palestinien. Croyez-le ou non, mais Israël fait très attention à l’image qu’il donne, et si le gouvernement apprend que de nombreuses protestations existent, ils seront forcés de limiter l’opération.

S’il vous plaît, commencez cette action AUJOURD’HUI, pour le bien des civils innocents de Gaza.

Souvenez-vous que ne rien faire poussera Israël à poursuivre ses crimes contre le peuple palestinien. Nous espérons que vous ne resterez pas silencieux face à une telle oppression.