Forte manifestation anti-guerre/anti-Bush samedi 5 juin à Paris.

SOLIDAIRES DES PEUPLES D’IRAK, DE PALESTINE, DE TCHÉTCHÉNIE...

Source : http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org

Avec cette manifestation, le mouvement anti-guerre en

 
France a affirmé une force nouvelle. Sans doute 20.000 à 25.000 personnes ont manifesté pendant plusieurs heures Bastille - République - Gare de l’Est... Deux à trois fois plus de monde que lors de la manifestation de septembre 2003.

Le 60ème anniversaire du débarquement en Normandie a donné lieu dans les médias à une vaste opération de re-légitimation de Bush et de ré-écriture de l’histoire. Il en a bien besoin à quelques mois des présidentielles américaines. Le vote par les pays qui avaient refusé de s’engager dans la 2ème guerre contre l’Irak, comme la France, l’Allemagne, la Russie, de la motion présentée par les USA à l’ONU, un vote accepté alors même que Bush a annoncé que l’armée américaine s’installait durablement en Irak, illustre d’ailleurs une nouvelle étape de rapprochement.

 
Mais quoi de commun entre les jeunes américains morts dans le combat contre le nazisme en 1944 en Normandie et les dirigeants US d’aujourd’hui, avec leurs troupes d’occupation engagées un peu partout du côté de l’oppression. Au nom de 1944, ils voudraient nous faire accepter ce qu’ils ont fait et font à Bagdad, ce que l’ armée israélienne qu’ils arment et soutiennent fait en Palestine occupée, à Naplouse, à Rafah ? Accepter aussi les massacres en Amérique du Sud, les milliers de morts de Pinochet, le Vietnam, les dizaines d’interventions militaires US depuis 1945 ? Les discours à l’occasion de la mort de Reagan montrent bien ce que certains essaient de réhabiliter : l’ultra-libéralisme et la politique de domination sur le monde et de guerre...

Mais samedi dans la manifestation de Paris, il y avait aussi des américains, très applaudis, et qui ne mélangent pas les choses.

 

Paris a donc connu le 5 juin une vraie manifestation contre la guerre. Alors qu’on est bien obligé de constater que ce mouvement est en France beaucoup plus faible que dans d’autres pays d’Europe comme l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie, dans lesquels les grandes organisations populaires politiques et syndicales "traditionnelles" sont beaucoup plus engagées que chez nous. Samedi, ça a un peu bougé de ce côté-là, et il était visible que quelques milliers de personnes ont enchaîné manifestation pour la Sécurité sociale, avec les syndicats, et manifestation contre la guerre. Etait surtout évidente samedi la présence des jeunes. Par milliers. Notamment avec le mouvement "Agir contre la guerre" qui s’est mis en place au cours de ces deux dernières années. Un mouvement parti de quartiers, lycées et facs parisiens, qui s’étend, et qui se donne 3 mots d’ordre : troupes hors d’Irak, Justice en Palestine, pas de participation française aux guerres. Pas oubliée aussi : la Tchétchénie. Autre réalité qui s’affirme : la Palestine est dans tous les coeurs. Toutes les pressions et les manigances politiques franco-françaises ne peuvent l’empêcher. C’est une prise de conscience qui a fait son chemin. Beaucoup voient maintenant combien la solidarité avec le peuple Palestinien est au coeur même du combat contre la politique de globalisation capitaliste et de guerre. Car quand il s’agit de la Palestine, impossible de tricher, on peut juger là de la sincérité des discours sur la guerre et la paix. La Palestine était partout dans la manifestation de samedi...

Une vingtaine de personnes de la Loire ont participé à cette manifestation, un mini-car ayant pu être organisé au départ de St-Etienne.

 
Réfléchir au travail contre la guerre

On sent bien que la guerre est un problème central pour toutes les années qui viennent. Ce combat, et les initiatives de solidarité internationale, ont pris ces dernières années des formes multiples dans la région stéphanoise. Des milliers de personnes y ont participé (manifestations, débats, solidarité matérielle et financière...). La question est cependant posée de donner plus d’efficacité à ce travail. D’agir pas seulement au coup par coup en réaction à une actualité dramatique. Et d’élargir lee nombre de celles et ceux qui y participent. C’est pour réfléchir à la suite qu’une réunion de travail aura lieu le mardi 29 juin à 19 heures, au Centre Al Qalam, 58 rue Balay à St-Etienne. Les bonnes volontés sont bienvenues.

Contact pour préparer cette réunion de travail : Roger Dubien